logo taiji 2.png

Matthieu Tachon

Saint-Aubin-de-Médoc, France

Tel : 05.56.57.53.80

Scénario

En 2005, Matthieu Tachon visite le village de Chenjiagou, berceau du Taiji Quan. Il fait la rencontre de Maître Chen Lifa, issu d’une lignée des plus prestigieuses. 

Impressionné par sa maitrise et son niveau de gong fu, Matthieu lui demande s’il peut le prendre comme élève.

Maitre Chen Lifa accepte, cependant il souhaite délivrer une transmission authentique, fidèle aux traditions ancestrales de sa famille. C’est ainsi qu’il replace la transmission du Taiji Quan dans son contexte originel.

Matthieu est logé au sein de la famille du maître, initié au rites et coutumes locales, en même temps qu’il reçoit le précieux enseignement.

Au fil du temps, maître Chen Lifa et Matthieu tissent une relation forte qui amène le maître à reconnaitre Matthieu comme faisant partie de la longue lignée des ancêtres, créateurs du Taiji Quan.

Affiche du film

Contexte

 L’idée de ce court métrage est à attribuer à Monsieur Yan Shuangjun, député du comté de Wenxian et responsable de la culture et du développement de Chenjiagou.

Depuis 10 ans, la mission de cet élu est de reconvertir la source principale de revenu du village. 

En effet, ce petit village rural depuis des siècles, vit au grès des récoltes qui ne suffisent généralement pas à apporter prospérité à tous les habitants. 

Le gouvernement a ainsi appliqué sa règle nationale d’aide au développement en apportant des subventions pour favoriser l’atout majeur de chaque zone géographique.

A Chenjiagou, la politique est donc de favoriser le tourisme martial. Cependant l’état veille à ce qu’il n’y ait pas de débordements commerciaux ou d’atteinte aux principes culturels ancestraux.

Ainsi le but de ce court métrage, à travers une histoire vraie, est de montrer aux chinois, comment il a été possible de diffuser un Taiji Quan de qualité à l’étranger tout en respectant la culture chinoise.

Tournage

Le tournage a lieu en mai 2017 en Chine au village de Chenjiagou dans le Henan.

Pour la mise en scène, monsieur Ya, choisi le réalisateur Li Yonghenget son équipe; Celle ci comprends plus de 25 personnes.  

La ville met à disposition les lieux historiques : temple des Chen, maison de Chen Dehu, gymnase de Chenjiagou, marché ... spécialement pour le tournage.

Monsieur Yan, le député , nous loge dans sa base de travail dans laquelle nous pouvons bénéficier de salles de réunion et d'un théâtre.

Le tournage dure une semaine avec des journées continues de plus de 12 heures...

Base de travail du député, Mr Yan.

Carte d'identification.

Clap de scène

Théâtre transformé en studio

Les premières scènes sont effectuées en studio, cela permet à toute l'équipe de se synchroniser et aux acteurs de se familiariser avec la caméra.

Les responsables locaux de la télévision centrale de Chine (CCTV) sont présents.

Les repas sont l'occasion d'affiner les scènes suivantes dans la bonne humeur.

Ici, le réalisateur, au centre, et Mr Yan, à droite, s'accordent. Le responsable du montage et un caméraman participent.

De Gauche à droite : La traductrice, le petit fils du maitre, Maitre Chen Lifa, mon père qui participe au film et moi même.

Tournage d'une scène où j'interprète le rôle du débutant.

Tournage de la scène du Baishi Yishi.

Cette scène centrale du film a nécessité plus de 6 heures de tournage non stop.

Les rites, le jeu d'acteur et les plans devaient être parfaits.

Tournage de la scène où le maître et son fils m'enseignent l'épée. 

Récompenses

Concours national du cours métrage de Chine